free celebrity sex videos
free celeb sex tapes
celebrity sex tapes

Newsletter - S'abonner

Accueil > Presse espace_pro
Presse

Vous souhaitez avoir des informations sur la société Ouest Immo et sur ces programmes?

 

Contactez-nous par mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou par téléphone : 02.99.86.82.50

 

 

 

 

Pose de la première pierre au Havre, "Turgot Magellan"

 

LE HAVRE: 

POSE DE LA PREMIÈRE PIERRE DU FUTUR PÔLE TERTIAIRE "TURGOT MAGELLAN"

 

Le lundi 11 mars 2013, Jean-Paul Legendre, Président-Directeur général du Groupe Legendre posera la première pierre du Pôle tertiaire de l'îlot "Turgot Magellan" face à la gare du Havre, en présence de : Edouard Philippe, Maire du Havre et Député de la Seine-Maritime, de Régine Brun, Directrice CPAM du Havre, de Gurvan Branellec, Président du Groupe Oceania Hotels, et de Benoît Chantreuil, Directeur Général de OTI Promoteur.

 

...

 

CP_Turgot_Magellan_1ere_pierre_OTI_11-03.pdf

 

 


Pose de la première pierre à Chateaubriant

 

Chateaubriant : 

POSE DE LA PREMIÈRE PIERRE DU PÔLE D’ACTIVITÉS DE LA GARE

 

Mardi 10 décembre 2012, Alain Hunault, Président de la Communauté de Communes et Benoit Chantreuil, Directeur Général d’OTI ont posé la première pierre du Pôle d’activités Intercommunal de la gare, en présence de Pascal Zingraff, sous-préfet de l’arrondisement de Châteaubriant, et des maires de l’intercommunalité.

 

...

 

Lire l'article 

 

Parution Site Officiel de la communauté de Communes du Castelbriantais, le 10 décembre 2012.

 

 


 

Pôle tertiaire Technopolis : la première pierre est posée

 

Depuis quelques semaines à Châteaubriant, des parpaings sortent de terre le long de la voie ferrée, du côté de la rue d’Ancenis. Le programme Technopolis est en train de voir le jour, pour un coût total de 3 000 000 €.

 

...

 

Lire l'article

 

Parution Ouest France, le 12 décembre 2012.

 


Le Belvédère sera livré en 2014

 

Ancenis :

La résidence Le Belvédère sera livrée en 2014


Lire l'article

 

Parution L'écho d'Ancenis, le dimanche 25 novembre 2012

Le Chantier de la Mabilais livré aux objectifs

En mini-résidence à l’ancien siège de France Telecom, des photographes du collectif « Il pleut encore » ont immortalisé, hier, des scènes du chantier de la Mabilais.

 

Les artistes du collectif (comme ici, Bruno Van Wassenhove) ont réalisé des clichés dans la soucoupe volante, située à 30,40 m du sol.

 

Il est 10h, à la Mabilais. Le chantier bat son plein. Les ouvriers s’activent pour réhabiliter l’ancien centre des télécommunications. En contrebas, six photographes s’apprêtent à briser le mystère de ce lieu bien souvent méconnu du grand public. « J’ai toujours rêvé d’y rentrer », confie Richard Volante, membre du collectif rennais « Il pleut encore ».

Les artistes souhaitent immortaliser le chantier en vue d’une exposition en octobre prochain. « En marge de la biennale d’art contemporain, qui se tiendra à partir de septembre au rez-de-chaussée de la Mabilais, on exposera à la galerie Pictura de Cesson-Sévigné. L’idée de montrer la mutation de ce bâtiment nous paraissait intéressante. »
Leur terrain de jeu est immense. Près de 15 000 m2 sur sept étages. Les salles sont gigantesques, brouillant complètement les repères. Dans ce bâtiment en forme de tripode, les artistes ont carte blanche, sans, bien sûr, occulter la sécurité. «La seule consigne est de faire attention où vous mettez les pieds», alerte M. Lesage, directeur de la SNPR, société en charge du ravalement. L’envie d’explorer cet édifice emblématique est entière chez les photographes. «Ce lieu fait fantasmer tous les Rennais. Il a toujours attisé ma curiosité », déclare l’un des artistes.

 

La chasse aux extraterrestres

Les six photographes abordent le lieu différemment. Sébastien Vitard, lui, part à la chasse aux extraterrestres. «Comme il y a la soucoupe, je me suis dit qu’il restait peut-être des hommes verts. » Les extraterrestres ne sont que des peluches colorées cachées dans son sac. « Je vais les positionner à des endroits en essayant de les intégrer sur mes photos. » D’autres, comme Laurent Dupuis, se passionnent pour l’architecture du lieu. «Je suis presque obsédé par les bâtiments. Ce qui m’intéresse, ce sont les matériaux et les lucarnes. » Ils sont tous intrigués par l’antenne hertzienne qui surplombe le bâtiment. À plus de trente mètres de haut, la vue est imprenable. Mais tout trésor a son lot de difficultés. Avant d’être perché à son extrémité, il faut braver les étages, certains plus facilement que d’autres. «Ça devient physique», lâche un photographe au moment de monter l’échelle murale qui permet de rejoindre la première plateforme de l’antenne. En haut, la peine s’efface. La vue qui surplombe Rennes et l’ensemble du chantier est magnifique. À cet instant, les photographes ont la gâchette facile. Quelques minutes plus tard, en redescendant, l’envie ne semble pas rassasiée. «Faudra revenir», glisse Alexis Janicot.